Le développement d'une conscience critique par les managers : une nécessité pour la naissance d'un autre leadership. Par Philippe de Woot.[Compte rendu] par Philippe de Woot

23-03-2008

Philippe de Woot est Docteur en Droit et en Sciences Economiques et Harvard Faculty Associate. Il est aussi professeur émérite à l'Université Catholique de Louvain. Il a consacré une grande partie de sa carrière professorale à la recherche et à l'enseignement sur les questions de la Responsabilité Sociale des Entreprises. Il intervient également en tant qu'administrateur ou conseiller dans certaines entreprises nationales et multinationales. Parmi ses ouvrages, on peut citer : Les défis de la Globalisation : Babel ou Pentecôte?, La fonction de l'entreprise, Responsabilité sociale de l'entreprise : faut-il enchaîner Prométhée ? Parmi les distinctions qui ont reconnu son travail, on peut noter que Philippe de Woot est membre de l'Académie Royale de Belgique et de l'International Academy of Management. De plus, en 2002, il a reçu de l'Académie des Sciences Morales et Politiques de l'Institut de France le Prix Zerelli Marino pour l'ensemble de son oeuvre.

Les dirigeants et les managers doivent être conscients des avantages mais aussi des défauts que présente le système capitaliste actuel dans son ensemble. Cette prise de conscience permet d'alimenter les réflexions menant à la mise en place d'un management alternatif qui tel que nous le présente Philippe de Woot dans son exposé se doit de replacer la dimension humaine au cœur d'un système jusqu'à là dominé par des caractéristiques techniciennes. Il s'agit de repenser la finalité de l'entreprise au service des hommes et de la planète dans un monde où elle est amenée à occuper un rôle croissant.

Une question revient en filigrane : celle de la responsabilité des Business Schools dans la formation des leaders alors qu'elles semblent se cantonner à vouloir reproduire les schèmes de la pensée unique cristallisée par Milton Friedmann dans les années 1960.

Citer l'article  Philippe de Woot, « Le développement d'une conscience critique par les managers : une nécessité pour la naissance d'un autre leadership. Par Philippe de Woot. », 23 mars 2008, Alternative Management Observatory (AMO), [Compte rendu]
http://appli6.hec.fr/amo/Articles/Fiche/Item/42.sls

Dans la même rubrique

L’aide fatale - Les ravages d’une aide inutile et de nouvelles solutions pour l’Afrique - de Dambisa Moyo

[Fiche de lecture]

[Fiche de lecture] : Athina Limnatitis

Au cours des cinquante dernières années, le montant total de l’aide au développement transférée des pays riches vers l’Afrique s’élève à plus de mille milliards de dollars ; pourtant, cela n’a pas permis de faire reculer la pauvreté sur le continent. Au contraire, l’aide a...

>>Lire la suite

Le profit avant l'homme - de Noam Chomsky

[Fiche de lecture]

[Fiche de lecture] : Julie Vinay

Chomsky, dans cet ouvrage, dénonce la définition de Friedman de la démocratie, dont « l'essence même [est de] faire des profits ». La plupart du temps, la démocratie formelle et électorale n'est plus la démocratie, tant la main mise et le contrôle du grand capital échappent aux...

>>Lire la suite

Repenser l’Etat, pour une sociale démocratie de l’innovation - de Philippe Aghion et Alexandra Roulet

[Fiche de lecture]

[Fiche de lecture] : Vivien Heim

Repenser l’Etat, comme de nombreux ouvrages post-crise, interroge le rôle et l’efficacité de l’action de l’Etat à l’aune des grands défis contemporains. En se fondant sur une méthode de benchmarking, les auteurs mettent en lumière les progrès qui s’imposeront à la France ...

>>Lire la suite

Le Divin Marché. La révolution culturelle libérale - de Dany-Robert Dufour.

[Fiche de lecture]

[Fiche de lecture] : Gaëtan Irrmann

Héritée des réflexions de théologiens jansénistes et calvinistes et symbolisée par la « main invisible » d'Adam Smith, la religion du marché s'est étendue sur la planète entière. Elle postule que la recherche de l'intérêt privé est la source de l'intérêt collectif. Transformant en...

>>Lire la suite

Le rôle de l’État dans la micro-finance en Argentine

[Essai]

[Essai] : Olympe Bédier

Les autorités argentines ont joué, depuis les années 1990, un rôle ambivalent dans l'épanouissement du micro-crédit. Adjuvant du secteur jusqu’à la crise des années 2000, le souverain a ensuite tourné le dos au néo-libéralisme et créé sa propre doctrine d’une micro-finance...

>>Lire la suite

Fiche de même nature

Compte rendu

L’aventure Ardelaine - Une... Béatrice Barras raconte l'histoire et... par Béatrice Barras
La reconquête du sens au quotidien.... À la suite d'un accident de santé,... par Guibert del Marmol
UpCycle : faire des déchets des uns... Cédric Péchard, ingénieur agronome... par Cédric Péchard
Le choix professionnel du... Ce compte-rendu présente la carrière... par Daniel Grande
Industrie et Coopération - par Jacques... Après avoir présenté dans ses... par Jacques De Heere
Alvarum : le choix professionnel de... Ce compte-rendu présente le parcours... par Olivier Fleckinger
OFI : private equity et développement... Olivier Millet, président du... par Olivier Millet
Nutriset - Combattre la faim dans le... Rémi Vallet est chargé de la... par Rémi Vallet
Faire prendre conscience de l'urgence... Après avoir déjà réalisé un beau... par Cédric du Monceau
Le Mécénat en France - par Estelle... Le parcours d'Estelle Lauvergne dans le... par Estelle Lauvergne